Le mois d’avril rime souvent avec le début de la saison de triathlon. Pour cette deuxième année de compétition, la stratégie est de s’aligner à un maximum de courses pour engranger le plus d’expérience possible.

Ayant pris un peu de retard dans ma préparation à cause de la blessure #TFL en début début d’année, je profite des formats relais pour se tester avec les amis.

Et le weekend dernier, on s’est donné rendez-vous sur le triathlon M relais à Arcachon.

 

Un samedi au triathlon d’Arcachon

Samedi 21 avril, le club arcachonais organise le 32ème, si mes souvenirs sont bons, triathlon d’Arcachon. Au bord du bassin, la zone accueille un format XS le matin et un format M individuel et relais l’après midi, pour un départ à 14h.

En arrivant à 10h avec Martin, le soleil réchauffe bien plus que les coeurs. Plus de 28° affichés dans la Clio ! On sait qu’il va faire chaud sur la course, je me dis que c’est un bon entraînement pour Kona 😉

Bon, pour remettre le contexte, le format relais d’un triathlon se déroule par équipe de 3, où chaque membre de la team réalise une épreuve.
• Ariane, les 1500m de natation
           • Martin, les 44km de vélo
           • Fabien, les 9,4km de course à pied

Le principe est simple : franchir la ligne d’arrivée le plus rapidement possible en se faisant passer l’émetteur qui nous sert de bâton de relais.

Après avoir récupéré les dossards en fin de matinée, nous établissons notre stratégie de courses et annonçons nos ambitions :

“Bon, on est d’accord, full-gaz et on donne tout ce qu’on a jusqu’à la fin, c’est bon pour tout le monde ?
– On est d’accord !
– Ok, et niveau classement, objectif, minimum top 8 (sur 20 équipes). 2h40 ce serait bien.”

Après ce rapide briefing, il est temps de manger et se préparer.

12h30, déjà l’heure de se changer et commencer à faire tourner les jambes pour Martin. Après un quart d’heure, il file déposer le vélo au parc, tout en se répétant le process du passage de relais pour optimiser au maximum la transition.

14h – Une natation express

A 13h45, nous remontons sur 900m le long du bassin d’Arcachon. La mise à l’eau se fait sur une marée descente, ce qui promet une natation très rapide. Ariane, toute fière dans sa nouvelle combinaison, se place à l’extérieur côté droit pour éviter au maximum les coups.

14h, la course est lancée, plus de 400 athlètes plongent dans une eau à 14° (enfin pour ce qui reste d’eau). Ca va vraiment très vite. Pour vous donner une idée, le 1er nageait plus vite que moi je ne marchais. Et pour cause, il met 16min pour boucler le 1500.

Ariane ne tarde pas non plus ! Je l’aperçois sortir de l’eau sous les 23 min. Ne lui reste plus qu’à remonter la plage, traverser le parc à vélo pour placer le bracelet à la cheville de Martin, prêt à lâcher les chevaux.

 

14h25 – Un vélo tout en puissance

Pour ceux qui connaissent Arcachon et le Pyla, on sait tous que ce n’est pas tout tout plat. Equipé de son Cannondale et de son casque Evade (le même que Sagan), Martin s’élance pour ces 44km et +500 de dénivelé positif. Pas grand chose pour certains, mais pour nous, simple landais, je peux vous dire que c’est le Tourmalet à chaque côte.

A ce moment là, on ne sait pas vraiment combien on se classe sur le format relais, tous les athlètes sont mélangés. De toute manière, on fait la course pour nous. On espère juste que la circulation ne sera pas trop compliqué et surtout qu’aucun accident sera à déplorer..

Entre temps, je commence à m’échauffer et repérer la principale difficulté du parcours de la course à pied : un escalier de 80 marches, dans les premiers mètres de la boucle. 20 minutes pour faire monter le cardio et chauffer les jambes. Ça va pas être facile aujourd’hui, avec un soleil qui tape très fort et pas mal de côtes et relances sur le parcours. Mais on ne se plaint pas, les autres auront 44km de vélo dans les jambes !

A 15h20, je rentre dans le parc à vélo en attendant Martin qui ne devrait plus trop tarder.

Le premier rentre dans le parc à vélo à une vitesse incroyable. Il a creusé son avance de presque 3 minutes avec le deuxième. Vers 15h43, le parc à vélo commence à se remplir doucement. C’est à ce moment que Martin décide de débarquer comme une bombe. Je le rejoins à une extrémité du parc de transition pour récupérer le bracelet et finir ce que l’équipe avait commencé !

 

15h45 – Un run exigeant

Après un départ trop rapide (comme d’habitude), on franchi l’obstacle principal, l’escalier. Puis s’en suit de longues descentes et montées. Très peu de plat sur cette première partie de boucle. J’arrive à doubler une vingtaine de coureurs sur les 2 premiers kilomètres courus au rythme 4.12. Tous les athlètes souffrent du soleil qui commence à cogner sévère. Seul petit bémol sur la course, c’est le manque de ravito en eau. Une deuxième table en début de boucle aurait été fortement appréciable.

La première boucle se termine sur un bon rythme, mais je sens déjà que la deuxième sera un peu plus compliquée. Le cardio est très (trop) haut et les escaliers ne vont pas arranger ça. Je marche en me faisant arroser la tête par des supporters, en nombre tout au long du parcours.

Dernière ligne droite le long de la plage. Un kilomètre avant de franchir la ligne d’arrivée. On profite ! On se rend compte de la chance que l’on a de courir dans cet environnement, avec cette météo extra et le public qui nous encourage. Ces petits moments qui nous rappellent pourquoi on s’entraine si dur tout au long de l’année.

C’est la fin, la ligne d’arrivée et en visu. Dernier sprint pour finir fort et passer l’arche en 43min.

 

Le meilleur pour la fin

Chrono officiel : 2h25 – Le contrat est largement rempli pour ce qui est de l’objectif temps fixé.

Au niveau classement, on ne s’attendait pas à grand chose. On a vite vu le niveau sur ce tri et le top 8 souhaité semblait compliqué. Mais Martin, iPhone en main, annonce que le classement n’a pas été mis à jour sur l’app. Mais normalement, ça sent très bon, genre 3ème position !

On préfère ne pas s’emballer et attendre l’affichage officiel. 2min après, c’est good, on apprend que la team BE TRI se classe en 3ème position du relais et 1ère équipe mixte.

Conclure cette super journée par un podium finira de nous convaincre que le triathlon est le plus beau sport du monde <3

 

Merci à l’organisateur et aux bénévoles pour ce très bel évènement, à tous les athlètes pour cette épreuve super agréable et aux supporters pour leurs encouragements. 

Et surtout, merci à cette super team BE TRI, Ariane et Martin pour cette journée de folie. On a tellement aimé ça que l’on remet le titre en jeu dans 2 mois au triathlon de Cadarsac, organisé par le club de Mérignac. 

Affaire à suivre …

 

Pour ma deuxième année de triathlon, j’ai déjà coché sur le calendrier de nombreuses courses. Tout n’est pas encore figé, mais les échéances et courses à objectifs sont placés afin de construire au mieux le plan d’entraînement sur l’année.

Lire plus